ATELIER : DEMANDE EN CONSTANTE ÉVOLUTION COMMERÇANTS EN ACTION - REREB - Resilient Retail for Brussels
15944
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15944,,qode_grid_1200,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

ATELIER : DEMANDE EN CONSTANTE ÉVOLUTION COMMERÇANTS EN ACTION

 

Le lundi 14 mai, les commerçants de La Chasse se sont réunis pour explorer l’offre commerciale de leur quartier. Cette soirée constituait la première étape d’un programme innovant développé par le projet Resilient Retail for Brussels pour à les aider à adapter leur offre commerciale aux évolutions de la consommation dans leur quartier. Cette démarche est soutenue par la commune d’Etterbeek, leur bourgmestre, Vincent De Wolf, et leur échevin des PME & Classes moyennes, Jean Laurent.

 

 

 

 

La société bouge vite, très vite. Les populations se déplacent et se modifient, les produits et services en vogue varient au fil des saisons et des années et, pour couronner le tout, les clients ne font plus leurs achats de la même manière qu’il y a 20 ans. Mais comment, en tant que commerçant, s’emparer de toutes ces évolutions pour rester au goût du jour toute en gérant au mieux sa boutique ?

 

Pour répondre à cette question, le projet Resilient Retail for Brussels a choisi de travailler avec les commerçants du quartier La Chasse et développer un programme en trois étapes :

 

1. Réaliser un diagnostic de l’offre commerciale du quartier avec les différents acteurs concernés (commerçants, clients, pouvoirs publics, propriétaires, etc.).
2. Traduire ce diagnostic aux commerces qui se porteront volontaires et élaborer avec eux des actions pour répondre davantage aux attentes des consommateurs du quartier.
3. Accompagner les commerçants volontaires dans la concrétisation de leur plan d’action.

 

 

 

 

Les participants de l’atelier du 14 mai ont entamé cette phase de diagnostic en livrant leurs impressions sur le quartier, partant de quatre thématiques : les commerces du quartier, la perception du quartier, les clients-types et les commerçants-types.

 

COMMERCES DE QUARTIER

 

Un premier groupe de participants a partagé ses impressions sur le quartier commerçant de La Chasse. Plusieurs points sont ressortis de cette discussion :

 

 

  • La Chasse est un quartier où règne une ambiance familiale forte avec un bon équilibre entre commerces indépendants et enseignes. Ces dernières sont, dans la plupart des cas, tenues par des franchisés installés depuis longtemps dans le quartier.

 

  • L’offre commerciale du quartier La Chasse est complémentaire à celle du quartier Jourdan (horeca) mais rentre en concurrence avec celle de la rue des Tongres. Néanmoins, la concurrence est ressentie comme moins forte qu’auparavant.

 

  • L’attitude des consommateurs a changé : ils recherchent les produits le moins chers possibles, se renseignent à l’avance sur internet, négocient davantage les prix et respectent moins les commerçants qu’avant.

 

  • L’évolution du quartier durant ces dernières années est perçue comme positive. Toutefois, des mesures contrôlant davantage les nouveaux commerces arrivants seraient bénéfiques.

 

PERCEPTION DU QUARTIER

 

Un deuxième groupe de participants a réfléchi aux représentations du quartier (sa réputation, sa notoriété, son image).

 

 

  • La Chasse est nostalgique de son passé (« ce n’est plus ce que c’était ») et regrette la disparition de nombreux commerces (fromager, poissonnier, maroquinier de luxe, …).

 

  • Le quartier comprend une multitude d’identités (ethnicité, standing) engendrant un manque d’unicité et de cohérence commerciale.

 

  • L’évolution de ces dernières années est aussi perçue comme positive par ce deuxième groupe de discussion. Pour continuer dans ce sens, il suggère de renforcer l’art, l’artisanat, les horecas et les commerces de qualité et de mettre en avant l’histoire du quartier (casernes, chevaux, …).

 

PORTRAIT DU CLIENT TYPE DU QUARTIER

 

Le troisième groupe s’est attardé sur les profils types des consommateurs du quartier. De manière générale, ils aiment le quartier La Chasse pour son ambiance familiale et son offre de proximité. Ils apprécient par contre moins le manque de propreté et peuvent ressentir un sentiment d’insécurité. Ce groupe de réflexion a relevé plusieurs profils en particulier :

 

 

  • La famille issue de la classe moyenne (principalement la mère) : elle fait la plupart des achats du ménage dans le quartier, se déplace à pied ou en transport en commun et fréquente les commerces plusieurs fois par semaine (après avoir déposé les enfants à l’école). Elle est attirée par les enseignes (Veritas, Casa, boucherie Himi, Carrefour) et les magasins/services spécialisés (articles de sport, fruits et légumes, Poste, banque, …).

 

  • La famille populaire (habitante des logements sociaux) : elle est proche de la famille issue de la classe moyenne mais fréquente davantage les enseignes comme Kruidvat et Zeeman. Pour ces deux types de familles, il manque un lieu convivial où manger un bout et boire un thé.

 

  • L’employé communal : il consomme principalement à l’heure de midi et juste après le boulot. Il vient surtout pour les horecas, la pharmacie et les appoints quotidiens mais peut aussi réaliser des achats « coup de cœur » plus spontanés.

 

  • Le travailleur eurocrate : il consomme principalement à l’heure du midi et dispose d’un pouvoir d’achat élevé. Il est intéressé par les commerces spécialisés de haute gamme comme le chocolatier ou les vêtements de bonne qualité. Pour lui, il faudrait un magasin de vin, un Exki, ou encore un bar à sushis.

 

  • Le consommateur ponctuel : il vient occasionnellement dans le quartier pour ses démarches administratives ou pour le centre sportif. Son profil et ses habitudes d’achat sont multiples.

 

PORTAIT DU COMMERCANT TYPE DU QUARTIER

 

Pour finir, le dernier groupe de participants s’est attelé à décrire le profil type du commerçant du quartier La Chasse. Voici en quelques points le compte rendu de leur réflexion :

 

 

  • Le commerçant-type de La Chasse aime son quartier car il est vivant, à taille humain, multiculturel et avec beaucoup de variété. De plus, le nom « La Chasse » dispose encore d’une certaine réputation et le quartier draine beaucoup de passage.

 

  • Par contre, il déplore le partage des responsabilités entre la commune d’Etterbeek et la Région de Bruxelles-Capitale pour le Chaussée de Wavre. Il regrette également le manque de propreté, les travaux, le sentiment d’insécurité et l’absence d’un endroit familial et cosy pour boire un verre en famille.

 

  • Il a principalement besoin de clients car, comme tous les indépendants, il a « le poignet attaché au tiroir-caisse ». Pour rendre le quartier plus attractif, il aimerait disposer d’un plus grand soutien de la part de la commune, que la sécurité et le parking soient renforcés et que d’avantages d’animations s’y déroulent. Il voudrait également bénéficier de formations (gestion, informatique) toute en gardant une bonne qualité de vie.

 

  • Ses valeurs sont la qualité, l’écoute du client, la personnalisation de ses produits, la transparence, l’honnêteté, le partage, la recherche de l’authenticité et la redécouverte du terroir.

 

 

La soirée s’est terminée par la mise en commun des discutions aux différentes tables.

 

Pour participer à la prochaine étape de ce projet, rendez-vous le 5 juillet à 16h au Sucre d’Orge (av. d’Auderghem 354, 1040 Etterbeek) pour une balade découverte de l’offre commerciale de votre quartier.

 

Category
Ateliers