CYCLE : « RENFORCER LA COLLABORATION ET LA SOLIDARITÉ DE QUARTIER »

 

L’ambition du projet Resilient Retail for Brussels est d’augmenter la résilience des commerçants de la Région bruxelloise c’est-à-dire leur capacité à s’adapter aux changements et perturbations imprévues, tout en assurant de manière durable la continuité de leur activité. Aller d’une résilience individuelle à une résilience territoriale est au cœur du projet : le territoire de Saint-Gilles et de Bruxelles plus globalement.

 

La recherche sur le noyau commercial de Saint-Gilles a commencé il y a plusieurs mois par des rencontres avec des commerçants qui ont accepté de partager leur expérience et leur vécu. S’en sont suivis 3 ateliers de réflexion pendant lesquels nous avons réfléchi tous ensemble à des idées de solutions pour améliorer la coexistence entre la fonction commerciale et l’habitat et ainsi renforcer la solidarité de quartier. Petit résumé de ces trois ateliers riches en échanges d’idées et d’émotions.

 

Lors du premier atelier (08/05/2018) ‘Quel est le problème, que pourrait-on faire ?’, 12 commerçants de Saint-Gilles et 5 habitants ont discuté et dégagé 2 grandes pistes d’expérimentation :

 

 

1. THE PLACE TO BE IN RESPECT et notamment :

 

a. L’imposition d’une heure de fermeture générale à tous les commerces et toutes les terrasses. Les nuisances (bruit…) des consommateurs perturbent la tranquillité et le sentiment de sécurité des habitants et autres commerçants. L’échevin du Développement Economique, Mr. Patrick Debouverie, présent lors de l’événement, a confirmé à cette occasion que la commune était actuellement en train de proposer une nouvelle réglementation à ce sujet prévoyant la fermeture de l’ensemble des terrasses à 24.00.

 

b. Signaler et délimiter l’espace alloué aux terrasses via l’instauration de zones de marquage. C’est un projet en cours selon l’échevin.

 

c. Assurer une zone de passage continue entre les deux parvis et ce afin de limiter les risques liés à la sécurité routière et prolonger le sentiment du piétonnier.

 

d. Améliorer le ramassage des poubelles (notamment des cartons). Cette démarche était en cours, néanmoins elle n’est pas dépendante de la commune mais bien de la Région qui a été interpelée par la commune.

 

 

2. ASSOCIATION SANS BARRIÈRE : une association de commerçants unique à tout le tronçon de la Chaussée de Waterloo qui renforcerait la solidarité de quartier.

Parallèlement, quelques participants ont également pointé le besoin de trouver des solutions pour répondre à deux enjeux majeurs, la sécurité et le parking.

 

 

Lors de l’atelier suivant (17/05/2018), ‘C’est quoi la solution’, les participants ont creusé les solutions à mettre en place pour améliorer le ramassage des cartons (problème qui reste très critique) et envisager une association de commerçants unique à toute la zone.

 

Concernant la problématique des cartons, plusieurs idées ont été émises : la mise en place de containers de récupération du carton et autres déchets, la récupération des cartons par les fournisseurs pour réutilisation, un retour à l’horaire de ramassage initial, entre 19.00 et 5.00, la réduction des déchets à l’achat ou encore, la réduction contractuelle du laps de temps entre le dépôt des déchets et le ramassage. Toutes ces solutions demandent maintenant d’être relayées par le projet REREB auprès de certaines parties prenantes concernées, notamment régionales. Cette démarche a commencé peu après l’atelier par une rencontre avec Bruxelles-Propreté.

 

Par ailleurs, pour construire une Association ‘sans barrière’, des valeurs, des actions prioritaires et des conditions de réalisation ont été réfléchies mais ce n’est que lors du dernier atelier (21/06/2018), ‘ Passage à l’acte !’, que les participants ont finalisé les moyens de regrouper commerçants et habitants dans l’esprit d’améliorer le respect, la convivialité, la solidarité et la vie de quartier.

 

 

Plusieurs finalités de l’Association ont été exprimées par l’ensemble des participants lors de ce troisième atelier :

 

1. Sensibiliser et créer du lien entre commerçants, habitants et associations autour d’un projet commun : LA PROMOTION DU QUARTIER.

2. Organiser un EVENEMENT COMMUN (par exemple une nocturne en hiver)

3. AUGMENTER LA VISIBILITÉ de l’offre commerciale et faire connaître le quartier (par ex : I love 1060, parking offert, promotions mutuelles entre commerçants…)

 

Quels principes de fonctionnement ? Comment constituer une telle association ?

 

1. Concevoir l’Association sans barrière comme une assemblée composée de représentants des différentes associations de commerçants et citoyens déjà existantes sur le périmètre. L’Association serait donc un lieu de concertation de l’ensemble des comités locaux du noyau commerçant.

2. Travailler sur les statuts existants des associations de commerçants

3. Créer des synergies entre associations existantes pour réduire les freins de certains commerçants et citoyens à adhérer aux associations et à leurs projets

4. Encourager l’inclusion des centres culturels dans la démarche

5. Créer et mettre en place un jeu pour stimuler la consommation locale

6. Interpeller les acteurs régionaux

 

 

Dans les prochains mois, le projet REREB s’efforcera de concrétiser ces différentes pistes en rencontrant les acteurs concernés d’une part et en affinant une proposition finale et concrète qui pourrait faire l’objet d’un test dans le quartier d’autre part.

 

Nous tenons à remercier chaleureusement les participants à ces trois ateliers et particulièrement ceux restés fidèles jusqu’au bout. Merci à eux !

Category
Blog