TRUCS ET ASTUCES : 10 BONNES PRATIQUES POUR FÉDÉRER DES COMMERÇANTS

Vous qui organisez des ateliers participatifs incluant entre autre ou exclusivement des commerçants. Vous qui devez tenir compte de l’avis des commerçants pour un projet urbanistique, économique, social… Vous qui devez tout simplement prendre le temps d’écouter la voix du commerçant. …

 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nos commerçants ont la vie bien remplie. Entre la gestion de leur point de vente, le maintien d’une relation privilégiée avec les clients, les charges administratives, leurs horaires de travail (parfois coupés) et les autres réalités de leur vie quotidienne, ils n’ont pas beaucoup le temps pour …. Ne lésinons pas sur les mots, ReReB a eu vécu pas mal d’échecs au moment de mobiliser les commerçants. Pas évident de les rassembler, les mobiliser autour d’un projet pour penser, innover et concrétiser ensemble même si ce projet répond à un enjeu qu’ils estiment prioritaire.

 

Petit tour de nos apprentissages en 10 bonnes pratiques.

 

1. Aller à la rencontre du commerçant, l’écouter raconter sa vie et son vécu est un pré-requis obligatoire pour l’emmener dans la co-construction de quelque chose de nouveau. Cela demande du temps et de la disponibilité. En plus de bien comprendre la réalité du commerçant, cette étape vous légitimise dans la compréhension de leur quotidien. On évite également de se retrouver sans argument lorsqu’une commerçante nous dit ‘Ce qui est interpellant dans votre projet, c’est qu’aucun d’entre vous n’est commerçant…’ ;

 

 

2. Pour fédérer un public de commerçants sans s’essouffler, il est intéressant de s’appuyer sur des structures existantes comme les associations de commerçants. Et ce quel que soit la dynamique actuelle de l’association. Vous disposez alors d’un forum existant, les assemblées générales, où vous pouvez demander de l’espace pour réfléchir et co-créer avec les commerçants présents ;

 

3. Les commerçants ont peu de temps, il s’agit de les fédérer autour d’un projet concret, qui répond à un de leurs enjeux et qu’ils peuvent appréhender rapidement et facilement. C’est le cas de cette commerçante qui dit : ‘Nous les poubelles, c’est l’enfer’ pour citer la problématique de la gestion des déchets dans un quartier commerçant qui se veut attractif ;

 

4. Toujours faire (re)valider les enjeux avant de démarrer un projet concret avec eux, à l’exemple des commerçants du quartier Stalingrad/Lemonnier qui disent tous ‘Ici, nous avons deux grands enjeux : la sécurité et la propreté.’ ;

 

 

5. Inspirer, donner des exemples existants et comparables, montrer qu’on est réellement intéressé à la problématique énoncée par les commerçants.

 

6. Ne pas hésiter à assumer son rôle d’acteur-relai et s’organiser en conséquence. Pour reprendre l’enjeu de la gestion des déchets, c’est rentrer dans la co-construction de la solution en s’engageant à mettre les acteurs de gestion des déchets autour de la table, comme par exemple Bruxelles Propreté ;

 

7. Inclure d’autres acteurs du territoire comme des habitants ou des centres culturels dans la démarche est un facteur de dynamisme. Inclure la diversité des acteurs permet d’encourager la participation et stimuler la créativité. Plus l’assemblée de participants est diversifiée, plus créatives sont les idées. Certaines associations de commerçants ont déjà inclus des habitants dans leur organisation. C’est le cas par exemple de l’association Fort Ensemble, à Saint-Gilles. Et la vôtre ?

 

8. Au risque de perdre votre public, les techniques d’animation utilisées avec les commerçants se doivent d’être courtes et déboucher sur du très concret. Une session de 2 heures est un maximum à ne jamais dépasser. L’animation peut également être répétée sur plusieurs plages horaires permettant ainsi la participation de tous les secteurs du commerce et notamment l’horeca.

 

9. Valoriser nos commerçants (ils en ont bien besoin), communiquer les avancées de manière claire, structurée et concise via les canaux de communication qui conviennent le mieux (e-mail, réseaux sociaux type facebook ou what’sapp) ainsi que remercier de manière constante les commerçants qui ont contribué jusque là à la dynamique.

 

 

10. Rester résolument positif et ne pas se décourager. Des dires du commerçant, leur problème, c’est qu’ils ne se parlent pas ! Offrez-leur cet espace. Pour mieux se connaître et se rendre compte qu’ils vivent les mêmes choses. Soupir de soulagement ! Pour réfléchir ensemble et explorer les possibilités. Pouvoir entendre ‘Ça c’est une bonne idée !’. Et créer ensemble.

 

Category
Blog